«Les positions radicales»

by Annaelle

Rions, rions pour ne pas pleurer.

Après m’être fait dire que les positions des groupes de défense des droits des personnes trans étaient radicales parce que prônant le changement de mention de sexe sans chirurgie, je me suis rendu compte que certaines personnes -et je ne vise personne- n’ont aucune idée de ce qu’est une position radicale.

Une position radicale est une position qui subvertie les bases sur lesquelles la société est établie. Par conséquent, aucune proposition sur des procédures administratives, en tant qu’elle ne change rien pour les personnes cis au pouvoir, ne saurait être radicale.

J’ai imaginé un certain nombre de positions radicales, en rapport avec les droits des personnes trans :

1) Effacer toutes les données du gouvernement relatif au sexe de la population.
Cette mesure est une version radicale de la position, plus modérée, d’abolir la mention de sexe sur les documents à usage ordinaire (passeports, cartes d’identités) mais de conserver ces données dans une cave humide bien protégée pour les seuls yeux des personnes qui désirent tenir des statistiques.

2) Abolir le directorat de l’État civil.
On a un gouvernement en place qui aime ça faire des coupes budgétaires, faudrait y penser, des fois. De toutes façons, kossa donne, un directorat de l’État civil?

3) Revendiquer le droit de mentir sur notre genre ou notre identité au nom du droit de la protection de la vie privée. Une personne (dont les personnes trans) pourrait, ainsi, de toutes pièces, posséder deux ou plusieurs identités légales et numéros d’assurance sociale (par exemple, utiliser un NAS différent pour les situations où on veut être stealth ou les situations où on veut être out). Ce droit devrait également être accordé aux personnes cis, et, par exemple, permettre aux personnes avec un passé criminel de ne pas être pénalisées dans leurs projets et leur recherche du bonheur.

-Ces positions sont radicales parce qu’elles prônent d’empêcher le gouvernement de bien surveiller sa population, par exemple, les manifestant.es et les conducteur.ices qui reçoivent des contraventions pourraient donner des cartes d’identités construites de toutes pièces pour cette fin et ainsi demeurer dans l’impunité la plus totale, ce qui forcerait l’État à abandonner toutes sortes de mesures punitives pour gouverner et ainsi favoriserait des mesures où la population est consentante-

En comparaison, ma propre position, qui est d’installer un guichet internet qui opère les changements sans conditions, gratuitement, et instantanément, est une position modérée.

Pis vu que le gouvernement aime bien ça, dépenser des milliards inutilement dans des gadgets informatiques, je ne vois pas pourquoi elle serait refusée quand-ce que, pour une fois, on a un projet pour quelque chose d’utile.

Advertisements